Les chroniques du monde qui coule

Paris - Katmandou en autostop. Parti à la découverte du monde et des humains, je vous propose ici un témoignage pseudo-journalistique, à hauteur d'homme et de paysage.

image_author_Les Chroniques du monde qui coule _(Hippolyte)
Par Les Chroniques du monde qui coule (Hippolyte)
24 août · 7 mn à lire
Partager cet article :

🇫🇷 - Un dîner chez les Pachtouns

🇬🇧 - A dinner with the Pashtuns

🇬🇧🇬🇧 - English version available - Just slide down - 🇬🇧🇬🇧

Tout le monde ne peut pas se vanter d’avoir des amis marchands d’armes, et c’est probablement tant mieux.
Lors de mes visites à Dara Adam Khel (voir “Le marché d'armes”), j’ai créé de forts liens d’amitiés avec deux frères, Habib et Muheeb, qui ont hérité du magasin d’armes paternel. 
J’aurais préféré qu’ils vendent des fleurs mais ce n’est pas trop dans leur culture. Comme ils le disent eux mêmes en rigolant, qu’est ce qu’il faut pour rendre un pachtoun heureux ? “Many sons and many guns !” 


Un autre proverbe local dit que le pachtoun est le meilleur des amis et le pire des ennemis. Je n’ai pour l’instant pu vérifier que la première partie de cette maxime, et compte bien m’en arrêter là. Je peux néanmoins attester de sa véracité: à chaque fois que je suis allé à Dara Adam Khel, même à l’improviste, j’ai été accueilli comme un roi. 

Les rendez-vous sont repoussés, mes amis hauts-placés quittent leur emploi en laissant tout en plan, et quand je pars il me demande de rester plus longtemps la prochaine fois. 
Il faut bien avouer que l’hospitalité des “pathans”, comme on dit ici, est légendaire. C’est l’une des deux valeurs maîtresses de cette culture si fière. L’autre est la vengeance mais je n’en ai pas non plus fait l’expérience, Dieu merci. 


Quand on commence Ă  devenir vraiment ami avec des pachtouns, on peut commencer Ă  parler des sujets sensibles, voire Ă  les titiller un peu (cette cascade est accomplie par un professionnel, Ă  ne pas reproduire chez vous).
J’ai commencé par m'intéresser à la question des armes, du fonctionnement tribal et de l’organisation de la société dans ces territoires que l'État pakistanais ne contrôle pas.
J’en tirerai peut-être un autre texte, plus sérieux, car cette organisation ancestrale mérite qu’on s’y intéresse.  

Ensuite, on monte un peu le curseur:
Est ce qu’ils connaissent des gens qu’ils considèrent comme extrémistes?  Quelle est leur réaction quand je leur explique que j’ai assisté à des raves parties avec drogues & alcool dans leur pays, et que j’ai même couché avec certaines de leurs concitoyennes ?

 

Les réponses sont mesurées et relativement tolérantes à mes yeux.
Les extrémistes ont pour la plupart été liquidés , mais ils m’avouent que je n’aurais pas pu venir me balader librement ici il y a une quinzaine d’années, les terroristes du TTP étaient bien trop présents. 
Sur le reste, ils considèrent que chacun a le droit de faire ce que bon lui semble chez lui, et s’ils trouvent que ces comportements ne sont pas bénéfiques puisqu’ils vont à l’encontre des enseignements de l’Islam, ils ne sont pas contre tant que ces pratiques n’apparaissent pas dans le domaine public. 


Le crépuscule est là, les derniers rayons du soleil découpent joliment les sommets des collines qui entourent le village. Mes amis m’emmènent dîner dans un restaurant dont c’est l’inauguration. 
C’est l’évènement et il y a beaucoup de monde, plusieurs centaines d’hommes habillés pareil mais dans des couleurs différentes. 
Ils se saluent à la mode pachtoun : on s’incline pour poser sa main au niveau du cœur de l’autre avant de se redresser pour lui serrer la main. 
C’est l’une des plus belles manières de saluer que j’ai jamais vu. 


En attendant qu’on nous serve, j’attaque la dernière salve de questions; les serveurs sont débordés et ça m’arrange bien, car j’ai l’intention d’aller les chercher sur le sujet où je sais que je ne pourrais pas les comprendre : la question des droits des femmes. 
J’attaque doucement en m’intéressant à l’éducation des filles, et suis assez surpris d’apprendre qu’elles vont généralement à l’école de 3 à 18 ans. Il y a même des écoles mixtes jusqu'à 11/12 ans, âge à partir duquel commence une ségrégation plus importante (début de la puberté). Une partie des jeunes locales vont même à l’université du coin, où dans la ville voisine de Peshawar.


Ensuite, il est temps de mettre les pieds dans le plat sans se les prendre dans le tapis. 
Je suis toujours entouré de centaines de pachtouns pour qui la loi de l’Islam est indiscutable et sacrée, le blasphème passible de peine de mort. 
Il ne faut pas non plus oublier que des drapeaux français ont été brûlés au Pakistan il y a un an ou deux, quand Macron avait publiquement défendu le droit  au blasphème des abrutis de Charlie Hebdo. 
Je suis néanmoins complètement serein car étant l’hôte de membres de cette communauté, ils préféreraient mourir que de laisser quelque chose m’arriver.  (Littéralement, on ne rigole pas avec l’hospitalité et l’honneur chez les pachtouns.)


Je répète que mes amis sont des gens bons et doux, intelligents et cultivés avec qui je prends beaucoup de plaisir à discuter et à passer du temps. Pourtant, quand je leur demande à la cantonade si leurs femmes portent la burqa, c’est un 100% oui. 
Choc des cultures. 

Je vais essayer de répéter ici la substance d’un débat qui a duré une trentaine de minutes au moins, en quelques lignes. 
Les serveurs étaient vraiment débordés par le monde et ils ont oublié notre commande deux fois, ce qui m’arrangeait toujours. 
Habib commence par m’expliquer ceci :

  • “Tu sais, ici nous sommes une sociĂ©tĂ© musulmane ultra-orthodoxe. Pour nous il n’y a qu’une seule loi et c’est celle de l’Islam. Hors, dans le Coran il est Ă©crit que les femmes doivent s’habiller “modestement”. 

  • “Oui , enfin Habib tu ne trouves pas que vous y allez un peu fort avec la modestie quand mĂŞme ? Des millions de femmes musulmanes portent uniquement le hijab, au Maghreb par exemple, ou mĂŞme le tchador et tout le monde considère que ça suffit ! Vous c’est un peu too much quand mĂŞme.”

  • “Comme tu le sais il y a diffĂ©rentes interprĂ©tations du Coran, et elles sont souvent mĂ©langĂ©es avec les cultures locales.La burqa je crois que c’est principalement quelque chose de culturellement pachtoun. Je comprends que cela te choque parce que ta culture est diffĂ©rente, au mĂŞme titre que je suis choquĂ© quand tu me dĂ©cris Paris avec Ă  chaque coin de rue des bars et des terrasses oĂą l’on boit de l’alcool, ou bien les fĂŞtes oĂą tu vas avec des homosexuels qui s’adonnent Ă  des pĂŞchĂ©s au regard de tous. Nos cultures et nos systèmes de valeurs sont radicalement diffĂ©rents, et il est difficile de ne pas juger.”

  • “Mais enfin Habib, si ta fille dĂ©cide par exemple d’aller Ă  l’UniversitĂ© pour Ă©tudier, et qu’un jour elle rentre en te disant qu’elle ne veut plus porter le voile, tu ne vas quand mĂŞme pas la forcer? “

  • “Non, mais ce serait un Ă©chec de l’éducation que je lui ai donnĂ©. Je ne la forcerai pas, mais Ă  travers l’éducation que ma femme et moi lui donneront Insha Allah, elle comprendra qu’’elle est belle et prĂ©cieuse comme un diamant, et qu’il faut prĂ©server cette beautĂ© car je connais les hommes, en Ă©tant un moi-mĂŞme.”

  • “Non mais et si par exemple elle devient mĂ©decin ? Elle ne va quand mĂŞme pas soigner que des femmes ou opĂ©rer en portant sa burqa?”

  • “Non, dans ce cas lĂ  l’Islam permet qu’elle n’en porte pas, bien sĂ»r. MĂŞme si elle sera amenĂ©e Ă  travailler avec des hommes, l’Islam a une certaine souplesse sur les questions mĂ©dicales. Par exemple, il est permis de montrer ses parties intimes Ă  un docteur puisqu’on a pas le choix en cas de problèmes.”

C’est le moment que choisissent les serveurs (qui se font copieusement engueuler à chaque fois qu’ils passent devant notre table) pour amener enfin un grand plat de riz et de viandes. Comme j’essaie de continuer à débattre, un de mes voisins m’assène “focus on the food”. Chez les Pachtouns tout le monde se sert dans le même plat, avec les doigts, et on ne discute pas pendant qu’on mange.


Après un dîner copieux, je quitte Dara Adam Khel sur ma moto locale merdique. 
Si notre désaccord reste profond, notre amitié le demeure aussi. 
Il est ridiculement difficile de s’affranchir complètement de ses propres préjugés, et de nos perspectives culturelles pour débattre objectivement de sujets aussi clivants.
Heureusement qu’on peut être amis par-dessus les cultures, les frontières et les désaccords. 
Alors que je me prépare à franchir la frontière afghane, mes amis m’annoncent que je suis dans leurs prières. C’est la première fois qu’on prie pour moi dans deux religions différentes. 

Avec ça je ne vois pas ce qui peut m’arriver.

Si vous aimez mon travail, vous pouvez me soutenir sur Tipee et me permettre de continuer Ă  voyager :)


https://en.tipeee.com/les-chroniques-du-monde-qui-coule





🇬🇧🇬🇧🇬🇧🇬🇧🇬🇧🇬🇧

Not everyone can boast of having friends who are arms dealers, and that's probably all for the best. 

During my visits to Dara Adam Khel (see "The gun market"), I developed strong friendships with two brothers, Habib and Muheeb, who inherited their father's gun shop. 

I would have preferred them to sell flowers, but that's not really in their culture. As they themselves joke, what does it take to make a Pashtun happy? "Many sons and many guns!" 


Another local proverb says that the Pashtun is the best of friends and the worst of enemies. So far I've only been able to verify the first part of this maxim, and intend to stop there. But I can attest to its truth: every time I've been to Dara Adam Khel, even unannounced, I've been welcomed like a king. 

Appointments are postponed, my high-ranking friends leave their jobs behind and when I leave they ask me to stay longer next time. 

It has to be said that the hospitality of the 'pathans', as they say here, is legendary. It is one of the two core values of this proud culture. The other is revenge, but I haven't experienced that either, thank God. 


When you start to become really good friends with Pashtuns, you can start to talk about sensitive subjects, and even tease them a bit (this stunt was carried out by a professional, so don't do it at home).


I began by looking at the question of weapons, tribal functioning and the organisation of society in these territories that the Pakistani state does not control.

I may come up with another, more serious piece, because this ancestral organisation deserves our attention.  

Then we move the cursor up a bit:

 Do they know people they consider to be extremists?  What's their reaction when I explain to them that I've been to rave parties with drugs and alcohol in their country, and that I've even slept with some of their fellow citizens?

 

The responses are measured and relatively tolerant in my view.

Most of the extremists have been liquidated, but they admit to me that I wouldn't have been able to walk around here freely fifteen years ago, the TTP terrorists were far too present. 

As for the rest, they believe that everyone has the right to do as they please in their own homes, and while they find that such behaviour is not beneficial because it goes against the teachings of Islam, they are not against it as long as these practices do not appear in the public domain.


It's dusk, and the last rays of sunlight cut a beautiful swathe through the hilltops surrounding the village. My friends are taking me to dinner at a restaurant that's opening its doors. 

It's a big event and there are lots of people there, several hundred men dressed alike but in different colours. 

They greet each other in the Pashtun way: you bow and put your hand on the other person's heart before straightening up to shake hands. 

It's one of the most beautiful ways of greeting I've ever seen. 


While I wait for the food to be served, I start the last round of questions; the waiters are swamped and that's just fine with me, because I intend to ask them about the subject I know I won't be able to understand: women's rights. 

I start slowly by looking at the education of girls, and am quite surprised to learn that they generally go to school from the age of 3 to 18. There are even co-educational schools up to the age of 11/12, at which point they start to become more segregated (at the onset of puberty). Some of the local girls even go to university in the local area, or in the neighbouring city of Peshawar.


Then it's time to jump in with both feet. 

I'm still surrounded by hundreds of Pashtuns for whom the law of Islam is indisputable and sacred, and blasphemy punishable by death. 

And don't forget that French flags were burnt in Pakistan a year or two ago, when Macron publicly defended the right to blasphemy of the Charlie Hebdo idiots. 

However, I am completely at peace knowing that, as a guest of members of this community, they would rather die than let anything happen to me ("Literally, hospitality and honour are no laughing matter among the Pashtuns").


I repeat that my friends are good and gentle, intelligent and cultured people with whom I take great pleasure in talking and spending time. However, when I ask them if their wives wear the burqa, the answer is 100% yes. 

Culture shock. 

I'm going to try to repeat here the substance of a debate that lasted at least thirty minutes, in a few lines. 

The waiters were really overloaded with people and they forgot our order twice, which was still fine with me. 

Habib starts by explaining this to me:


  • "You know, here we are an ultra-orthodox Muslim society. For us there is only one law and that's Islam. In the Koran it says that women should dress 'modestly'. 


  • "Yes, well, Habib, don't you think you're going a bit far with modesty? Millions of Muslim women wear nothing but the hijab, in North Africa for example, or even the chador, and everyone thinks that's enough! You're a bit too much here don't you think ? 


  • "As you know, there are different interpretations of the Koran, and they're often mixed up with local cultures.The burqa I think is mainly something culturally Pashtun. I understand that it shocks you because your culture is different, just as I'm shocked when you describe Paris with bars and terraces where people drink alcohol on every street corner, or the parties you go to with homosexuals who indulge in sins in full view of everyone. Our cultures and value systems are radically different, and it's hard not to judge."

  • "But come on, Habib, if your daughter decides, for example, to go to university to study, and one day she comes back and says she doesn't want to wear the veil any more, you're not going to force her? "


  • "No, but that would be a failure of the education I've given her. I won't force her, but through the education we will give her Insha Allah, we will explain to her that she is beautiful and precious like a diamond, and that this beauty must be preserved because I know men, being one myself."


  • "No, but what if, for example, she becomes a doctor? She's not going to treat only women or operate while wearing her burqa?"


  • "No, in that case Islam allows her not to wear one, of course. Even though she will have to work with men, Islam has a certain flexibility when it comes to medical issues. For example, it's permissible to show your private parts to a doctor, as you have no choice in the event of problems."



That's when the waiters (who get yelled at profusely every time they pass by our table) finally bring out a big plate of rice and meat. As I try to continue arguing, one of my neighbours says "focus on the food". Among the Pashtuns, everyone eats from the same plate, with fingers, and there's no chatting while you're eating.


After a copious dinner, I leave Dara Adam Khel on my shitty local motorbike. 

If our disagreement remains profound, so does our friendship. 

It's ridiculously difficult to completely free ourselves from our own preconceptions and cultural perspectives in order to debate such divisive issues objectively.

Fortunately, we can be friends across cultures, borders and disagreements. 

As I prepare to cross the border into Afghanistan, my friends tell me that I'm in their prayers. It's the first time I've been prayed for in two different religions. 


I’m pretty sure this double protection will do wonders.